Vie

Manque de fer dû aux menstruations

de Mag. Margit Weichselbraun
le 05.10.2022

Saviez-vous que les femmes ont leurs règles en moyenne sept ans de leur vie et qu’elles perdent 30 litres de sang dans ce contexte ? Des chiffres impressionnants – et pourtant la plupart des femmes ont toujours l’impression de devoir ne rien laisser paraître pendant leurs règles. Mais ce ne sont pas seulement les femmes elles-mêmes,leur équilibre en nutriments doit tenir la cadence avec la perte de sang mensuelle. Au final, à chaque goutte de sang menstruel des nutriments sont perdus, principalement le fer.

Le fer et les règles : Pourquoi les femmes perdent-elles du fer pendant les menstruations ?

De leur plus tendre enfance jusqu’à l’âge avancé, les hormones sexuelles féminines influencent le bien-être physique et mental des femmes. Avec les premières menstruations, les adolescentes ressentent une nouvelle facette de la féminité. Au début, les filles les confrontent le plus souvent avec une certaine incertitude, jusqu’à se sentir dépassées, mais bientôt cet évènement mensuel devient une certaine évidence. En effet, à la première hémorragie suivront beaucoup d’autres. LUne femme a ses règles environ 500 fois dans sa vie ; une femme perd ainsi env. 30 litres de sang des premières menstruations à la ménopause. Comme le fer est un élément central des globules rouges, les pertes de fer mensuelles sont de 10 à 30 mg, quantité qu’il faut recharger. Si l’oligo-élément n’est remplacé ni par des aliments ni par des suppléments de fer, le corps s’appauvrit progressivement en fer. Les femmes en âge de procréer doivent donc faire particulièrement attention à leur apport en fer. C’est souligné par des études qui montrent que les femmes présentent un risque de carence en fer environ dix fois plus élevé, ou une anémie due à une carence en fer, que les hommes.

Le fer, une affaire de femmes : besoins quotidiens et besoins supplémentaires

Les femmes ont besoin de plus de fer pendant la moitié de leur vie. Ainsi, la société allemande d’alimentation (Deutsche Gesellschaft für Ernährung, DGE) recommande aux femmes en âge de procréer de prendre 15 mg de fer par jour, tandis que 10 mg de fer seulement sont recommandés aux hommes. Dans des situations particulières, la femme a même besoin de plus : 30 mg par jour pendant une grossesse ou 20 mg par jour après une naissance. Ce n’est qu’en l’absence des règles que les besoins en fer des femmes deviennent les mêmes que ceux des hommes.

Menstruations abondantes & fer

Des menstruations abondantes (hyperménorrhée) peuvent coûter aux femmes pendant leurs règles non seulement une certaine légèreté, mais aussi une grande quantité de fer. Quand les serviettes et les tampons sont saturés après moins de deux heures, ou quand la coupe menstruelle se remplit très vite et qu’il faut se lever la nuit pour les changer, cela peut être un signe d’hyperménorrhée. Souvent, des agglomérats épais se multiplient également dans le sang des menstruations lors de règles abondantes.

Mais non seulement une menstruation abondante, mais aussi des règles particulièrement longues augmentent sensiblement les besoins en fer des femmes. Si les règles durent plus de sept jours, on parle de ménorragie dans le jargon médical. Dans la pratique, les deux voleurs de fer, la ménorragie et l’hyperménorrhée, arrivent souvent ensemble.

Les règles, des voleurs de fer – aperçu des signaux d’alarme :

  • Les serviettes ou tampons doivent être changés régulièrement après 1 à 2 heures, les coupes menstruelles doivent être vidées plus souvent que d'habitude
  • Les règles durent plus de 7 jours
  • Le sang de la menstruation contient de nombreux agglomérats sanguins épais
  • Sensation de faiblesse, fatigue et manque d’énergie pendant les règles

Les femmes qui sont confrontées à un ou plusieurs de ces voleurs de fer perdent plus de sang au cours de leurs règles (probablement plus de 80 ml par cycle). Des menstruations abondantes ne sont pas seulement désagréables, elles soumettent l’équilibre de fer de l’organisme à un test de résistance (auquel d’ailleurs beaucoup échouent). En fonction du flux des règles, il peut y avoir un besoin en fer plus ou moins important difficile voire impossible à couvrir uniquement par l’alimentation. Qui s’étonne donc que jusqu’à 70 % des femmes atteintes d’hyperménorrhée présentent une carence en fer ou une anémie en fer ?

Les facettes de la carence en fer :

  • Système nerveux central : capacités réduites, perte de force et de motivation, faiblesse à l’effort, difficultés de concentration, maux de tête, problèmes de sommeil, syndrome restless leg, troubles dépressifs, hyperactivité et trouble de l’attention chez les enfants et les adolescents
  • Peau et vaisseaux sanguins : troubles de la croissance des cheveux et des ongles, chute des cheveux, peau sèche et pâle, rides au coin de la bouche, sensibilité au froid
  • Cœur et système respiratoire : essoufflement, palpitations,fatigue, vertiges, détresse respiratoire
  • Anémie
  • Défenses immunitaires : sensibilité accrue aux infections
  • Envies de manger inhabituelles (p. ex. glaçons, céleri, arachides, mais aussi terre)
  • Muscles : baisse de l’endurance, faiblesse musculaire, abattement, perte de performance

En cas de carence en fer et de règles abondantes : Quand l’alimentation seule ne suffit plus

Les femmes avec des règles abondantes devraient donc garder un œil sur leurs taux de fer et faire le plein de fer régulièrement. Dans le cas contraire, celles-ci pourraient se retrouver au trente-sixième dessous à court terme ou long terme. Quand les réserves sont vides, elles ne peuvent plus être remplies uniquement par l’alimentation. Dans ce cas, des préparations de fer spéciales sont nécessaires, les sels de fer courants pouvant entraîner des effets secondaires tels que nausées, constipation ou diarrhée. C’est pourquoi, en plus de l’efficacité, la tolérance doit être au premier plan pour le fer.

Prendre du fer pendant les règles ?

Alors que les femmes ayant des réserves de fer bien remplies ne doivent pas forcément prendre de fer pendant leurs règles, il est quand même recommandé aux femmes avec des règles fortes et/ou une tendance à des taux de ferritine trop bas de prendre du fer. Dans ces cas, la prise de fer juste pendant les menstruations est insuffisante, elle devrait être régulière et sur une longue période, dans l’idéal en collaboration avec un spécialiste médical qui contrôle régulièrement les taux de fer dans le sang.

Conseils importants pour remplir les réserves de fer facilement :

  • Des extraits spéciaux de plantes fournissent du fer complexe. Celui-ci est disponible pour le corps et particulièrement bien toléré dans les muqueuses.
  • Le fer bivalent, comme par ex. le gluconate de fer ou le fumarate de fer, est mieux assimilé par le corps en association avec de la vitamine C. 
  • Le fer à faible dose est généralement mieux toléré, et plus encore : Une équipe de recherche de l’ETH de Zurich a pu démontrer que des faibles quantités de fer sont absorbées beaucoup plus efficacement que du fer à haute dose.
  • Certains additifs peuvent aggraver l’assimilation de fer dans l’organisme et, le cas échéant, affecter celui-ci. C’est pourquoi il convient de choisir des préparations aussi pures que possible et, dans l’idéal, sans additifs.
biogena-line
bestseller
MoFerrin® 21

Du fer d’origine végétale et de la vitamine C naturelle, un produit naturel, efficace, bien toléré

vers les gélules de fer MoFerrin® 21
39,90 €
MoFerrin® 21
Autres articles
Tout sur le fer – tâches, besoins quotidiens et taux de fer
Tout sur le fer – tâches, besoins quotidiens et taux de fer
Le fer est l'un des oligo-éléments les plus importants. Des réserves de fer complètes sont la base de l'énergie et de la concentration. Qui a un besoin accru ?
Continuer à lire
de Mag. Margit Weichselbraun
le 08.08.2023
Carence en fer | Causes, symptômes et mesures possibles
La carence en fer est très répandue dans le monde entier et est malgré tout méconnue. D’après les estimations, plus de 1,5 milliard de personnes souffrent d’une carence en fer qui les freine physiquement et psychiquement dans la vie. Un...
Continuer à lire
de Mag. Margit Weichselbraun
le 11.09.2023
Intolérance à l’histamine : comment reconnaître une intolérance à l’histamine et trouver des solutions
Après un verre de vin rouge, ce n’est pas la détente qui s’installe, mais plutôt le nez qui coule ? Ce qui semble être une allergie est peut-être une intolérance à l’histamine. Découvrez ici tout ce qu’il y a à savoir.
Continuer à lire
de Mag. Margit Weichselbraun
le 18.03.2024