Qui ne connaît pas ça : La merveilleuse sensation de papillons dans le ventre, les nerfs à fleur de peau qui coupent l’appétit, les décisions prises avec la plus grande conviction en écoutant ses tripes. 

Certaines parties de notre univers émotionnel et de nos pensées se reflètent au milieu de notre corps et font ressentir le lien délicat entre le psychisme et le ventre. Que la tête et le ventre soient liés n’est pas étonnant. En fin de compte, le cerveau et l’intestin sont issus de la même substance, une histoire de développement qui connecte... Il y a encore beaucoup de choses à découvrir sur ce lien particulier, et des équipes de chercheurs du monde entier cherchent à déchiffrer les secrets captivants du cerveau, de l’intestin et de leur axe.

Notre ventre a un cerveau - dans le véritable sens du mot

Mère Nature avait prévu d’utiliser l’ancien système digestif comme première structure avec des neurones - longtemps avant que les premiers êtres vivants ne développent un cerveau dans la tête. C’est à partir de cette structure primitive que s’est développé le cerveau de l’abdomen actuel, qui comprend 100 à 200 millions de neurones (cellules nerveuses) et est donc aussi gros que le système nerveux de la moëlle épinière. Même le cortex cérébral d’un chien, qui est déjà un animal très intelligent, n’offre que 160 millions de cellules nerveuses. Notre intestin a donc sa propre jugeote. Il n’a pas besoin des instructions de la centrale de commande supérieure pour la digestion, son activité principale, il assume lui-même l’activité après la déglutition. Et c’est bien comme ça, car notre cerveau a ainsi « les mains libres » pour d’autres choses.

Pour faire court : Qu’est-ce que le cerveau de l’abdomen et quelles sont ses fonctions ?

Le cerveau de l’abdomen est un complexe nerveux qui s’étend de l’œsophage à la sortie de l’intestin. En tant que centrale de commande inférieure, le cerveau de l’abdomen prend lui-même toutes les décisions importantes pour l’intestin. Il régule l’irrigation et la motricité intestinales, analyse la composition alimentaire et coordonne ce qui est absorbé et éliminé. En outre, le cerveau de l’abdomen communique avec le système immunitaire et les foyers microbiens (microbiotes).

L’axe cerveau-intestin : Comment l’intestin et le cerveau sont-ils liés ?

Néanmoins, les deux têtes intelligentes – l’intestin et le cerveau – collaborent volontiers fréquemment. Dans l’axe cerveau-intestin, les deux centrales de commande échangent intensément via les voies nerveuses (en particulier le nerf vagal), les transmetteurs et les produits métaboliques microbien. De manière surprenante, l’intestin est beaucoup plus loquace que la tête. 90 % des informations sont envoyées du bas vers le haut, et nous n’en avons généralement pas conscience. Nous ne remarquons pas la majorité de ce que l’intestin raconte à notre cerveau. C’est uniquement dans certains cas – par exemple, si nous mangeons un aliment avarié et que le cerveau et le cerveau du ventre déclenchent des ensemble un malaise corporel comme des crises de diarrhées et de vomissements - que nous prenons conscience de leur communication de très près.

Chuchotis intestinaux : Le microbiome parle un peu

Le lien particulier entre l’intestin et le cerveau semble être une vie à deux intime. Mais en réalité, les deux centrales de commande ont une relation triangulaire : La flore intestinale est un acteur non négligeable dans la cohabitation. La société de milliards de microbes dans l’intestin peut manipuler le « fil » entre le cerveau cortical et le cerveau ventral de manière positive comme négative. Grâce aux recherches détaillées des dernières années, on en sait toujours plus sur les exercices de pouvoir secrets de ces minuscules habitants de l’intestin. Ainsi, le mélange de microbes individuel peut non seulement influencer notre vie spirituelle, mais aussi définir notre comportement alimentaire : Alors qu’il y a des germes qui augmentent notre appétit, d’autres provoquent une satiété prématurée. Même notre gestion du stress (résilience au stress) semble être « placée dans l’intestin » dans une certaine mesure.

Comment la barrière intestinale encéphalique est-elle impliquée ?

Intestin & psyché : Comment l’intestin influence nos sentiments et pensées

La société d’aujourd’hui est majoritairement cérébrale – les pensées et les actions rationnelles sont favorablement considérées. Toutefois, pour les décisions importantes, nous nous référons volontiers à notre instinct. Le stress et les soucis nous pèsent sur l’estomac et tomber amoureux nous met des papillons dans le ventre – et encore plus se passe inconsciemment. La neurogastrologie est un champ de recherche relativement nouveau qui examine de manière intensive le « fil chaud » entre l’intestin et le psychisme. De nombreux chercheurs s’accordent aujourd’hui à dire que notre vie, notre univers émotionnel et notre santé sont encore plus influencées par l’intestin que nous ne le supposions.  

Cette thèse est appuyée par le fait que les deux « cerveaux » sont issus de la même substance au développement embryonnaire. De plus, les deux centrales de commande parlent la même langue en communiquant avec les mêmes transmetteurs chimiques. Cela comprend la sérotonine et la dopamine, les hormones du bonheur, ainsi que les neurotransmetteurs GABA et acétylcholine. Par ailleurs, le premier n’est pas fabriqué en premier lieu dans le cerveau, mais produit à plus de 90 % dans notre ventre, où il dirige notre activité intestinale. La sérotonine ne peut certes pas arriver dans le tissu cérébral depuis le milieu de notre corps, mais l’hormone du bien-être peut influer sur le centre des sentiments de notre cerveau (système limbique) via le nerf vagal et ainsi contribuer à notre humeur.

L'intestin et le stress : Détecteur de stress et gestionnaire en même temps

Comment le stress agit-il sur l’intestin ?

Le stress chronique, que ce soit au travail ou dans la vie privée, peut provoquer des troubles digestifs sans cause pathologique, mais qui peuvent affecter fortement la qualité de vie et la vie sociale de chacun. En effet, un intestin stressé attaque la psyché et réduit le bien-être.

Le stress provoque des problèmes digestifs, les problèmes digestifs provoquent du stress. Dans de nombreux cas, ce cercle vicieux empêche que les troubles intestinaux gênants disparaissent d’eux-mêmes. L’intestin stressé peut même devenir un intestin irrité.

Mais nos organes digestifs ne sont pas les seuls à réagir, les habitants de notre intestin souffrent également d’être constamment « sous tension ». D’une part, la libération accrue d’hormones de stress conduit à une diminution des bactéries utiles (lactobacilles et bifidobactéries) et de la diversité bactérienne. D’autre part, l’activité digestive réduite peut entraîner des déplacements à l’équilibre bactérien.

Quel rôle joue la flore intestinale en cas de stress ?

Inversement, des études suggèrent que la flore intestinale a un petit mot à dire dans notre gestion du stress : L’état de notre flore intestinale contrôle dans une certaine mesure que nous supportions bien le stress ou que nous soyons facilement dépassés. Du fait du « cercle vicieux » potentiel induit par le stress, il est surtout recommandé de faire attention à son ventre et à l’aider, surtout en périodes difficiles.

biogena-line
fit@work® Stressbiotic

Combinaison de lacto- et bifidobactéries, d'extrait de safran et de vitamines pour la relaxation et l'équilibre mental.

Biogena fit@work® Stressbiotic est une combinaison de cultures bactériennes naturelles capables de se multiplier (Lactobacillus helveticus R0052 et Bifidobacterium longum R0175), d’extrait de safran et de vitamines B2 et C. Cette préparation spéciale a été développé pour stabiliser les nerfs et la psyché et stopper le stress* et pour soutenir les muqueuses de l’intestin qui sont essentielles pour une fonction intestinale saine**. 

Une surveillance d’utilisation a montré que la prise d’une gélule Biogena fit@work® Stressbiotic/jour pendant 6 semaines peut réduire la charge de stress des participants de 32 % et améliorer les problèmes d’intestin liés au stress de 19 %.

Voir le produit
62,90 €
fit@work® Stressbiotic

SAVOIR

Saviez-vous que l’intestin et la flore bactérienne sont une partie importante de notre système immunitaire ?

Ce rôle important dans le réseau immunitaire se traduit également par des chiffres : 70 % de toutes les cellules immunitaires sont hébergées dans l’intestin grêle et le gros intestin, et près de 80 % de toutes les réactions de défense s’y produisent. La flore intestinale de 1 à 2 kg forme une barrière importante contre les germes pathogènes. En outre, les petits habitants microscopiques interagissent avec le système immunitaire – ils entraînent les cellules immunitaires et stimulent la formation de substances de défense qui profitent non seulement à l’intestin, mais aussi à d’autres parties du système immunitaire, par exemple les muqueuses nasales.

Tous les produits et informations sur l’intestin et la digestion

Le bonheur commence dans l’intestin, mais qu’est-ce qui rend l’intestin heureux ?

Bien que beaucoup de choses ne soient encore pas claires, la recherche moderne permet d’éclairer de plus en plus les rapports insoupçonnés entre la tête et le ventre. Notre intestin et son écosystème étant sensibles, il est particulièrement important de veiller à leur santé. L’article de blog Nettoyage des intestins explique les mesures à prendre pour que notre organisme du bien-être et ses colocataires microbiens aillent bien ?

Autres articles
Assainissement de l’intestin : du nettoyage de l’intestin au développement intestinal
Assainissement de l’intestin : du nettoyage de l’intestin au développement intestinal
Vous faites partie des personnes qui caressent le souhait de repartir de zéro corporellement ? Que ce soit après des périodes de ripaille, la nouvelle année, en période de jeûne ou tout simplement spontanément. Qu’est-ce qui se rapproche le...
Continuer à lire
de Mag. Margit Weichselbraun
le 05.01.2023
Intestin et peau: le lien entre la peau et la santé intestinale
Intestin et peau: le lien entre la peau et la santé intestinale
Qu’est-ce que l’intestin et la peau ont en commun ? Beaucoup. Regarder les deux tissus au microscope révèle une flore à couper le souffle qui ne se serait sinon jamais montrée à nos yeux : Avec près d’un billion de micro-organismes par...
Continuer à lire
de Mag. Margit Weichselbraun
le 21.02.2023
Intolérance à l’histamine : comment reconnaître une intolérance à l’histamine et trouver des solutions
Après un verre de vin rouge, ce n’est pas la détente qui s’installe, mais plutôt le nez qui coule ? Ce qui semble être une allergie est peut-être une intolérance à l’histamine. Découvrez ici tout ce qu’il y a à savoir.
Continuer à lire
de Mag. Margit Weichselbraun
le 18.03.2024